lundi 1 juin 2015

Délicieuses pourritures: Joyce Carol Oates

Mon avis (Lu il y a un bon bout)
Lors d'une visite à un musée, Gillian tombe sur une sculpture représentant un totem. En regardant cette oeuvre, elle va se remémorer d'étranges et de terribles évènements qu'elle a vécus vingt-cinq ans plus tôt. À cette époque, en 1975, elle est étudiante à l'université du Massachusetts et, comme plusieurs de ses camarades, elle va avoir le coup de foudre pour l'un de ses professeurs: André Harrow. Mais celui-ci n'est pas un enseignant ordinaire. Il veut tout connaître de ses élèves féminines jusqu'à leurs plus intimes fantasmes, même les plus secrets. Gillian va succomber à ses charmes et va connaître une passion dévastatrice.

L’écriture de Oates dans ce roman est à la fois surprenante, étrange, ambiguë et simple, un peu à l’image de ses personnages féminins. Elle a un style unique c’est assuré et dans Délicieuses pourritures, elle nous en donne la preuve en nous présentant la naïveté, la perversité, l'abus excessif et les meurtrissures vécues par Gillian et ses collègues à travers des évènements tous plus intrigants les uns que les autres.

Une lecture qui peut paraître difficile par moments car je vous préviens certains passages étonnent et dérangent et qui font que ce bouquin porte bien et mérite amplement son titre de Délicieuses pourritures. On aime ou on aime pas et moi je l’ai lu bout à bout car Oates est une auteur qui écrit admirablement bien peu importe le sujet.

Délicieuses pourritures: Joyce Carol Oates
Éd. Philippe Rey 2003

Autres oeuvres de l'auteure sur ce blogue:
Blonde  - Hantises J'ai réussi à rester en vie - La fille du fossoyeur - Le goût de l'Amérique - Mère disparue - Mudwoman - Nous étions les Mulvaney - Petit oiseau du ciel - Petite soeur, mon amour  - Un endroit où se cacher

Aucun commentaire: