vendredi 3 août 2018

Poppy et les métamorphoses

Rosie et Penn, parents de quatre beaux garçons aimeraient bien, pour compléter leur joyeuse famille, que le dernier enfant attendu soit une fille. Mais le destin en a décidé autrement et c’est à nouveau un jeune garçon qui fait son arrivée dans cette belle famille. Résignés mais tout de même très heureux, Rosie et Penn vont reprendre le cours de leurs vies en tentant de concilier travail famille. Mais avec une telle tribu; ce n’est pas toujours évident sans compter les petites surprises auxquelles on ne s’attendait pas dont celle que le cadet Claude va leur offrir en leur démontrant ses préférences.

Le petit aime les robes, les poupées, préfère les cheveux longs, les bikinis roses et rêve de devenir princesse car dans son jeune corps de garçon, il se sent de plus en plus fille.  Bah ce ne sont que des jeux d’enfant pensent les parents mais, petit à petit, Claude va devenir Poppy et tous les membres de la famille, bien qu’ouverts et respectueux, quoique dépassés par les événements, vont apprendre à gérer leurs craintes et leurs doutes face à l’intolérance, les risées, l’intimidation et les violences physiques et verbales que subira Poppy. Le clan familial, par amour pour lui/elle, va tout faire pour lui offrir le bonheur et l’appuyer dans les difficiles étapes de sa transformation.

Vous l’aurez deviné, avec ce roman, l’auteure nous plonge dans la vie d’une famille dont l’un des enfants est transgenre. En fait, ce qu’il faut retenir de cette histoire c’est que celle-ci nous est racontée autant avec amour, respect et humour malgré la gravité du propos.  L’auteure écrit très bien et a su parfaitement éviter le sentimentalisme à outrance ainsi que les clichés et les préjugés face à la différence. 
Avec des personnages tous plus intéressants les uns des autres, Laurie Frankel réussit non seulement à ne pas sombrer dans le négativisme mais à ajouter à son récit du bonheur, de l’énergie et offrir bien du dynamisme à ses personnages principaux notamment à Penn et Rosie.

Oh cette histoire a aussi ses petits côtés tristes et interrogateurs face à ce que vivent Claude/Poppy et les siens. Pour les parents, être confrontés à la peur, aux  questionnements, aux réflexions malveillantes n’est pas aisé. Mais leur inquiétude quant à l’avenir qui s’ouvre devant Claude/Poppy, est aussi difficile à gérer. Bien des bouleversements c’est indéniable mais au bout du compte, pour le bonheur de Poppy et de la famille, Rosie et Penn vont faire fi de la société hyper conformiste et aider Poppy à être et devenir vraiment elle-même.

Un excellent roman, un récit émouvant, drôle, touchant, parfois triste mais écrit en toute humanité et sensibilité. Un bonheur de lecture. 

Poppy et les métamorphoses, Laurie Frankel
Fleuve éditions, 569 p., 2017


mardi 24 juillet 2018

La face cachée de Ruth Malone, Emma Flint

Quenns, New York, 1965 deux jeunes enfants, la sœur et le frère, disparaissent et on retrouve leur corps sans vie à quelques jours d’intervalle. Un drame atroce qui va bouleverser la population entière de cette bourgade ouvrière américaine. Tout accuse Ruth, la mère des enfants. Pourquoi les soupçons et accusations se sont immédiatement tournés vers elle?  Comment une mère peut en venir à tuer ses deux enfants?  Qui est Ruth Malone? Une femme de mauvaise vie qui accumule conquête après conquête et qui est, par le fait même une mère indigne ou une coupable très facile dû à sa réputation de femme facile?

Que de questionnements face à cette sinistre et émouvante histoire dont la teneur bouleverse d’autant plus que ce récit est tiré d’un fait réel : l’affaire Alice Cimmins, drame qui a défrayé la chronique et fait couler beaucoup d’encre.

À partir de ce fait réel atroce, Emma Flint a construit une fiction mettant en première ligne Ruth Malone mère des deux jeunes bambins assassinés et déclarée coupable du meurtre de ceux-ci dès les premières lueurs de l’enquête. C’est assurément elle la coupable. Cette femme frivole, avide de liberté, aimant les hommes et l’alcool; cette Ruth au caractère fort, à l’allure hautaine et froide et aux mœurs légères c’est assurément elle. Puis élever seule ses petits depuis sa séparation d’avec Frank, l’empêchaient de vaguer à ses loisirs de femme libre. Voilà ce qui se dit entre les murs des voisins, voilà ce que concluent les policiers, particulièrement l’enquêteur Devlin qui est convaincu de la culpabilité de cette femme et ce malgré l’absence de preuve.  Tous vont s’acharner contre Ruth sauf un journaliste, Peter Wonicke, qui, obsédé par la jolie et ravissante dame, va enquêter de son côté afin de savoir si Ruth Malone est réellement coupable ou non.

La Face cachée de Ruth Malone est un roman noir à l'atmosphère étouffante. Un récit intéressant bien construit par Emma Flint qui a su fort bien remodeler une véritable affaire criminelle en une fiction bouleversante et angoissante à la fois.  Une intrigue jouant particulièrement sur la psychologie des personnages notamment sur celui de Ruth Malone mais ne négligeant aucunement les côtés plus que malveillants d’une société où le jugement était facile dans une époque où les apparences, les préjugés et les comportements non conformes ne méritaient aucune empathie. Coupable point à la ligne!

J’ai beaucoup aimé ce premier roman d’Emma Flint. Par contre, quelques longueurs et les côtés caricaturaux chez certains protagonistes m’ont agacée au fil de ma lecture mais l’ambiance des années soixante fort bien rendue, l’excellente description des multiples aspects de la vie du personnage principal et une fin plus que troublante m’ont fait oublier les petites déceptions rencontrées en cours de lecture.
En définitive La Face cachée de Ruth Malone est un roman très bien réussi dont l’histoire  ne laisse aucunement indifférent. À lire.

La face cachée de Ruth Malone, Emma Flint
Fleuve éditions, 2017, 432 pages
Traduit par : Hélène Amalric


Alice Crimmins, le 23 mai 1968
Pour lire sur l'histoire qui a inspirée ce roman c'est  ICI (En anglais seulement)

mardi 17 juillet 2018

En mots et en images # 18


Il y a un sacré bout que je n'avais déposé mes petits montages que je fais de citations tirées de mes lectures ou puisées ici et là lors de mes balades sur la toile. Donc voici l'image # 18 en attendant un prochain billet.


(c) SF2018

mercredi 11 juillet 2018

Plein sud, Suzanne Marchand

Marie décide de mettre les voiles et de quitter son mari  manipulateur afin non seulement de reprendre sa vie en main mais aussi retrouver sa propre identité et effacer celle que Robert lui impose. Une nuit n’en pouvant vraiment plus, Marie décide de fuir et au volant de sa voiture elle prend la direction de Blue Parrot Key, en Floride.
En cours de route elle ne se doutera pas que lors d’un arrêt repas,  quelqu’un va poser sous sa voiture un objet qui va lui apporter bien des soucis au fil de son voyage. En fait, sans le savoir, elle sera suivit par des trafiquants mais aussi par Nic, un gars bienveillant qui,  comme par enchantement,  apparaîtra toujours au bon moment.

Cette histoire qui semble bien ordinaire m’a plu au bout du compte car je ne déteste pas ce genre de roman dans lequel l’intrigue tient bien la route. Aucun détail superflu, aucune longueur, ce thriller mêlant enquête policière et opération illicite offre également le plaisir de parcourir une partie du sud des États-Unis aux côtés de Marie, Nic et compagnie. Moi qui aime bien voyager au travers mes lectures, j’ai vraiment apprécié.

Cependant, je me dois de dire que bien que le suspense soit continu, la plume de Suzanne Marchand est efficace même si certains passages et événements ne m’ont pas vraiment surprise ayant deviné de quoi il en résultait. Mais c’est bien peu comme bémol car très honnêtement, l’auteure écrit bien et en plaçant dès le début l’intrigue, je me suis vite sentie happée par le récit.

Finalement, malgré quelques petits défauts, Suzanne Marchand nous offre un premier roman intéressant et je n’hésiterai pas à la suivre dans ses prochains écrits.

Plein sud, Suzanne Marchand
Guy Saint-Jean, 2018, 392 pages

samedi 7 juillet 2018

Neuf belles années!

Et oui déjà neuf ans! Neuf belles années de lectures, de découvertes, de suggestions, de jasettes, de superbes rencontres littéraires, bref, grâce à vous ce blogue respire le plaisir de vous lire mes ami.e.s  et continue sa route.
Merci pour tout ça, merci d'être là.