dimanche 8 septembre 2019

Ghetto X, Martin Michaud

Alors que Victor Lessard prend ses distances des Crimes majeurs pour éclaircir le passé de son père, un journaliste respecté et influent est assassiné par un tireur embusqué. À l'insistance de sa partenaire, Jacinthe, Victor accepte de donner ses impressions sur la scène de crime. Pris pour cible et blessé dans un attentat par les assassins du journaliste, Victor doit disparaître pour assurer sa sécurité et celle de ses proches. C'est donc en marge de leur statut de policiers que Victor et Jacinthe remontent une piste jusqu'à un obscur et dangereux groupe armé d'extrême-droite. Au péril de leur vie, ils tenteront de freiner les desseins meurtriers de ces extrémistes et ceux de l'homme mystérieux qu'ils protègent.

 Cinq ans pour enfin lire une nouvelle enquête de Lessard, c’est long pas à peu près mais vraiment, ça valait le coup d’attendre. En effet quel bon roman que nous a concocté l’auteur en y mêlant intrigue policière, sujets d’actualité comme la montée de l’extrême-droite et immigration, récit de contre-espionnage et thriller psychologique. L’ensemble s’amalgame fort bien pour nous offrir un vrai plaisir de lecture.

Tout en évitant de divulgâcher concernant la teneur de cette dernière aventure de Victor Lessard, disons simplement que, suite à une demande de son ex collègue Jacinthe Taillon afin de l’aider à résoudre le meurtre d’un journaliste, notre héros ne se fera pas tirer l’oreille trop longtemps avant d’accepter. Mais très vite cette enquête va mener nos deux partenaires sur diverses pistes dont une qui va forcer Victor Lessard à se plonger dans son passé et ressasser ses souvenirs douloureux qui le hantent depuis l’enfance. Lui qui n’a de cesse de refouler ces durs moments, cette enquête va ouvrir une plaie encore vive et Lessard va enfin accepter de se confier pour mettre un point final à ce qui le ronge depuis trop longtemps.

J’ai été ravie de retrouver Lessard, ce fin limier plein de doutes mais également très heureuse aussi de ''revoir'' à ses côtés Jacinthe la mal engueulée du service des crimes majeurs qui, sous ses airs revêches, cache une grande sensibilité et une fidélité sans bornes envers Lessard. Solides personnages que ces deux-là sans oublier pour autant ceux qui les côtoient dans cette intrigue habilement construite par un auteur au talent indéniable.

Ghetto X est un roman que j’ai eu du mal à lâcher. Bien sûr l’envie d’en savoir toujours plus est constant mais de suivre les pas de nos deux comparses sous une histoire entraînante à souhait et ce sans temps morts bien ça n’a pas d’égal.
Finalement, je m’adresse à l’auteur en osant imiter un peu Jacinthe pour une petite demande : '' Mon homme, j'espère que t'attendras pas encore de longues années avant de nous r’mettre su’a map Lessard pis moé. ''

À lire sans hésitation.

Ghetto X, Martin Michaud
Libre Expression, 2019

Autres romans de l'auteur sur le blogue: Sous la surface - Enquêtes de Victor LessardIl ne faut pas parler dans l'ascenseur La chorale du diable Je me souviens  - Violence à l'origine 



lundi 26 août 2019

Dis-moi qui doit mourir, Marc-André Chabot

Depuis qu'un drame immense l'a frappé, Antoine ne supporte plus les injustices. Il lit les journaux, comme tout le monde, mais ça ne passe plus. Selon lui, les ordures s'en sortent. Presque toujours. Ce sont les gens bien qui perdent. Si seulement, juste une fois, il pouvait rectifier le pointage entre les bons et les salopards. Faire gagner les gentils. Bêtement. 
Un soir, l'occasion se présente bien malgré lui : il sauve la vie du plus gros caïd de Montréal. Un homme puissant, un psychopathe. Pour rembourser sa « dette d'honneur », Sir Chuck fait cadeau à Antoine de… cinq morts. Celui-ci est donc dans l'obligation de lui remettre le nom de cinq personnes qui doivent mourir. Bien sûr, c'est une offre qu'il « ne peut pas refuser…».

Sauver la vie d’un caïd notoire de Montréal ne doit pas rester lettres mortes et Antoine va l’apprendre par cette offre quasi inimaginable. !!  Tout un paiement de dette; fournir 5 noms de personnes qu’il veut voir disparaître!   Lui qui, depuis plusieurs mois ne supporte plus que des criminels, des meurtriers soient libérer sans avoir à en subir vraiment les conséquences, pense fortement à accepter de jouer les justiciers.

''Et si sa dette d’honneur devenait quelque chose d’utile ? S’il pouvait enfin réviser les injustices qui pourrissent la vie des gens bien ? Inconsciemment, il a ce fantasme en lui depuis toujours. Inutile de le nier. Et qui ne l’a pas ? se demande-t-il. Mais lui, Antoine Aubin, a maintenant réellement ce pouvoir de correction à sa portée. En fait, il se retrouve même dans l’obligation de l’exercer. […]''

Mais ce qui s’offre à lui, ce droit de vie ou de mort sur des êtres aussi inhumains soient-ils est-ce vraiment une excellente opportunité ou un couteau à deux tranchants? La question se pose. Mais, même s’il éprouve des sentiments contradictoires Antoine va pencher du côté de ce qu’il croit être la meilleure solution.

N’en doutez pas, voilà un très bon roman dont le ton est donné dès les premières pages. La notion du bien et du mal prend une grande place dans ce drame policier sans oublier le côté psychologiques des protagonistes. On ressent autant les émotions d’Antoine  entre son désir de rendre justice et la peur de se déshumaniser que celles de Péloquin dont la froideur n’a d’égal que son désir de régler cette dette d’honneur avec de plus en plus d’empressement.

L'auteur maîtrise bien la plume et avec Dis-moi qui doit mourir il nous offre un suspense qui se lit agréablement et comporte des éléments qui font que l’intrigue est intéressante, aucunement décousue et menant vers une finale surprenante. Au bout du compte, c’est sans hésitation que je vous en suggère la lecture.

Dis-moi qui doit mourir, Marc-André Chabot
Libre Expression, 2019 





vendredi 16 août 2019

Bonheur meurtrier, Dominique Girard

Richard Young est un conférencier et un auteur à succès dans l'univers de la croissance personnelle. Le matin où il est attendu pour une séance de signature de son nouveau livre, Bonheur illimité, il est retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel en plein coeur de Montréal. L'enquêteuse Cathie Lebel soupçonne, dès la découverte du corps, qu'il s'agit d'une affaire criminelle. 

Mais qui pouvait bien avoir intérêt à faire disparaître Richard Young?  C’est ce Cathie Lebel et son adjoint Hugo Gagnon vont tenter de découvrir non sans avoir à se battre contre des silences, des fausses pistes, rencontrer embûches sur embûches tout au long de leur enquête. Il faut dire que la mort de cet écrivain à succès amène bien des interrogations à commencer par le médecin-légiste. Mort naturelle, suicide ou meurtre ?

Au fil des pages, découle tranquillement l’enquête et, à suivre les pas de nos deux limiers, on arrive à la même conclusion que bien des suspects auraient pu mettre fin aux jours de Young.  Qu’il s’agisse d’Élisabeth, l’ex-femme de l’auteur, d’Audrey son attachée de presse, de Pierre son comptable ou même de son propre médecin Brigitte, tous et toutes semblent éprouver des sentiments très négatifs envers Richard Young. Chacun/chacune a son petit secret et n’hésite pas à taire leur vrai ressenti. La tâche ne sera pas facile pour Lebel et son acolyte afin de mettre le point final à leur enquête.

C’est ma première rencontre avec les mots de Dominique Girard et j’avoue avoir passé un bon moment. Dans mes lectures de ce genre de roman, je ne déteste pas du tout à jouer aussi à l’enquêtrice, à me creuser la tête afin de découvrir le ou les coupables et dans Bonheur meurtrier, l'auteure n’a pas hésiter à brouiller les pistes ce qui a ajouté à mon plaisir de lecture malgré quelques incongruités qui ne servent pas vraiment l’intrigue. Mais ce ne sont que de petits bémols car Dominique Girard a une belle plume et se tire fort bien d’affaire avec une histoire à l’énigme intéressante. De plus, j’avoue que je me suis laissée charmer par le personnage de Cathie Lebel dont j’aimerais bien lire une prochaine aventure.

Finalement, cette première rencontre à travers les mots de l’auteure m’a plu et avec Bonheur meurtrier Dominique Girard nous offre un bon roman policier et je  vais, sans hésitation, poursuivre vers ses autres écrits.

Bonheur meurtrier, Dominique Girard
Fides, 2019



mercredi 7 août 2019

L’amour est aveugle, William Boyd

1894. Accordeur surdoué à l'oreille absolue, le jeune Brodie Moncur, employé d'un vénérable fabricant de pianos à Édimbourg, accepte avec joie un poste important dans la filiale parisienne, fuyant ainsi l'ennui de la province et la hargne de son pasteur de père. Mais sa rencontre avec John Kilbarron, le " Liszt irlandais ", et la maîtresse de ce dernier, la soprano russe Lika Blum, dont il tombe fou amoureux, va changer inéluctablement le cours de son existence. Devenu indispensable au pianiste, il le suit de Paris à Saint-Pétersbourg, où sa liaison clandestine avec Lika est éventée par Malachi, le frère maléfique de Kilbarron. 
Dès lors convaincu d'être traqué, Brodie ne cessera d'errer et de courir d'un bout à l'autre de l'Europe.

Rendez-vous manqué entre ce dernier roman de William Boyd et moi. Pourtant lorsqu’il est question de musique, d’ordinaire je suis preneuse mais là non. Un début traînant en longueur, les côtés mielleux et mélodramatique de l’histoire ont eu raison de ma patience et j’ai finalement laissé de côté cette lecture. (Pas faute d’avoir essayé sirop car j’ai tenu quand même bon jusqu’à plus de la moitié). Mais bon, rien à faire, le plaisir de lire n’a jamais pris sa place. Finalement, je sais que Boyd est un excellent auteur car plusieurs de ses écrits m’ont conquise mais avec ce tout dernier, la magie n’a vraiment pas opéré. Dommage.

L’amour est aveugle, William Boyd
Seuil2019

Autre roman de l'auteur sur le blogue: La vie aux aguets

mercredi 24 juillet 2019

Le livre de Judith, Mylène Gilbert-Dumas

Depuis quelques semaines j’ai enchaîné un bon nombre de lectures. De bons romans, des très bons mais quelques-uns aussi que j’ai laissé de côté par manque d’intérêt. En majorité cependant, j’ai fait de belles découvertes et renoué aussi avec des écrivain.es dont je connaissais déjà la plume et que j’avais hâte de lire à nouveau.

Il en est ainsi du dernier roman de Mylène Gilbert Dumas qui, je l’avoue, m’a à nouveau conquise non seulement par la qualité de son écriture mais aussi par la crédibilité de l’histoire dont l’intrigue, basée sur des faits réels, est fort bien menée du début à la fin.

Dans ce tout dernier roman Mylène Gilbert-Dumas nous entraîne en plein cœur de la Deuxième Guerre mondiale aux côtés de Cécile Maltais, une Canadienne-Française recrutée par les services secrets britanniques pour aller combattre l’ennemi allemand. En cette même période, on suit le parcours d’Emily Ann Saxby une riche américaine débarquée en France depuis peu, qui va connaître bien des mésaventures dues à son attachement envers un révolutionnaire pourchassé par les nazis.
Des décennies plus tard, en parallèle, l’autrice nous décrit les péripéties de deux autres personnages importants. Entre autre celui de Virginie A. Constantineau, écrivaine à succès qui acceptera d’écrire la biographie d’Emily Ann Saxby à la demande du petit neveu de celle-ci. La romancière partira donc en quête de la vérité concernant la vie de cette femme espionne, capturée par les Allemands. Puis, toujours en alternance entre passé et présent, nous suivons le cheminement d’Andrey, pasteur réformiste, doté d’une belle sensibilité, qui fera la connaissance d’une certaine paroissienne aux lourds secrets.
Au fil des pages, malgré les années, ces quatre personnages se rejoignent et se ressemblent par leur  persévérance, leur courage et leur espoir de jours meilleurs.

Le livre de Judith est un roman dont la trame captive et joue entre fiction et réalité. Il faut dire que l’autrice par son savoir historique ainsi que sa capacité à imaginer et créer une intrigue et des personnages fort crédibles à partir de ses recherches, offre un très bon récit au rythme enlevant.

Un roman qui m’a vraiment plu, une histoire accrocheuse, mais aussi un bel hommage à toutes ces héroïnes, ces femmes de l’ombre, qui ont tout donné, même leur vie, pour plusieurs d'entre elles, afin de libérer la France de la domination nazie. À lire sans hésitation.

Le livre de Judith, Mylène Gilbert-Dumas
VLB Edition , 2019

Autres romans de l'auteure sur le blog: Les deux saisons du faubourg - La mémoire du temps



samedi 13 juillet 2019

Dix belles années!


Dix ans de blogue! Dix années d’existence littéraire et de petites tranches de vie. Un cap qui se fait de plus en plus rare surtout depuis les arrivées de Facebook, Instagram, Twitter et compagnie et j’avoue bien humblement que j’en suis fière. 

Mais surtout si ce blogue vit toujours et qu'il a évolué au fil des ans, c’est à vous que je le dois ami.es lecteurs/lectrices, auteurs et autrices.  En effet, ce petit coin livresque est devenu ce qu’il est aujourd’hui; grâce à votre passion communicative et je ne vous en remercierai jamais assez. 

Bien sûr j’ai eu des moments de découragement, de questionnements, comme par exemple : avais-je toujours envie de continuer de partager ma passion et petits bouts de cheminements personnels?! 

Mais suite à ma pause ressourcement par laquelle j’ai pris le temps de faire le vide, de peser les pour et les contre je m’aperçois que oui j’ai encore cette envie de poursuivre cette aventure mais à mon rythme tout simplement. Alors, un livre à la fois, une lecture, une chronique à la fois histoire de nourrir le feu, même petit à petit, qui me brûle encore.

Une fois de plus, merci de votre fidélité au fil de ces dix belles années.
Câlin à chacun/chacune de vous.

jeudi 27 juin 2019

Je reviens doucement...


Dernièrement j'ai lu jusqu'à plus soif et même si je lis encore et encore, j'ai aussi pris beaucoup de notes. Comme je ne suis pas égoïste ;-), je vous prépare quelques chroniques pour vous partager mes belles ''rencontres'' littéraires.
À très, très vite.