jeudi 11 juin 2015

Le fils : Philipp Meyer

Résumé :
Roman familial, vaste fresque de l’Amérique des années 1850 à nos jours, Le Fils de Philipp Meyer, [...], est porté par trois personnages – trois générations d’une famille texane, les McCullough – dont les voix successives tissent et explorent avec brio la part d’ombre du rêve américain.
Eli, le patriarche que l’on appelle " le Colonel " est enlevé à l’âge de onze ans par les Comanches et passera avec eux trois années qui marqueront sa vie.  [...]

À la fois écrasé par son père et révolté par l’ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens.

Ambitieuse et sans scrupules, Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, se retrouve à la tête d’une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l’œuvre du « Colonel ». Mais comme ceux qui l’ont précédée, elle a dû sacrifier beaucoup de choses sur l’autel de la fortune. Et comme tous les empires, celui de la famille McCullough est plus fragile qu’on ne pourrait le penser.

Mon avis
J’ai terminé cette lecture il y a près de deux semaines environ et je tente de commenter ce roman mais je n’y arrive pas. Pourtant j’ai tenté à quelques reprises et j’efface mes mots tout simplement parce que je ne trouve pas ceux qui pourraient qualifier exactement mon ressenti.
Peut-être parce que cette histoire m’a soufflée au point où je suis encore sans voix tellement cette lecture m’a plu. Des romans d’une telle ampleur sont rares. En tout cas, moi je n’en ai pas lu souvent.

Une fresque au souffle épique directement de l’ouest américain racontant la dynastie de la famille McCullough. Vers le milieu des années 1800 à nos jours on suit les premiers pas de cette famille en passant par l’ancêtre Éli, capturé par les Comanches jusqu’à la dernière héritière de la famille Jeanne-Anne.
De passionnants personnages oui, des lieux fort bien décrits aussi mais surtout un respect incroyable de l’histoire texane en ces temps de guerres avec les amérindiens et les mexicains, de prospections pétrolières, d’élevages et d’agriculture.

Philip Meyer, a fait tout un travail de recherche pour offrir des faits véridiques à ce roman.
Par exemple, il a fait fi des légendes et des western à la sauce hollywoodienne en racontant la culture Comanche avec justesse. Oui une nation dure, parfois cruelle tout comme les blancs, souvent pour défendre les leurs et leurs terres.

Extraits
'' Toshaway (un Comanche) avait raison, il fallait aimer les autres plus que soi, sinon c’était la destruction assurée, qu’elle vienne de l’intérieur ou de l’extérieur. On pouvait bien massacrer et piller: du moment que c’était pour ceux qu’on aimait, c’était sans importance. Pas de psychose traumatique et de regard vide, chez les Comanches- tout ce qu’ils faisaient visaient à protéger leurs amis, leur famille, leur bande.'' 

'' Ce sont les blancs qui sont fous. Ils veulent tous être riches, comme nous, mais ils ne veulent pas s’avouer qu’on ne peut s’enrichir qu’en prenant ce qui appartient à d’autres’’

Et que dire de cette histoire familiale à travers différentes époques?  Éli, Peter, Jeanne-Anne, dont nous parcourons à tour de rôle, leurs vécus, leurs émotions, leurs colères, désirs et déceptions.

Finalement, je m’arrête ici car peu importe la longueur de ce billet, mes mots n’arriveront pas à rendre vraiment justice à la grande valeur de ce roman.
Alors, n’hésitez pas du tout à lire cette fresque et vous comprendrez mieux ce que je veux dire.

Le fils : Philipp Meyer
Albin Michel (2014) 

11 commentaires:

Louve (Jo) a dit...

Bon on va faire le test...

Suzanne a dit...

Super merci ma Louve pour le service rendu.

Milly a dit...

Et il a combien de pages ce beau roman? Ça semble une belle histoire en effet! :)

keisha a dit...

Un gros roman qui a du souffle! (en film ce serait pas mal, tiens)

Suzanne a dit...

@ Milly
Il comprend 688 pages gentille dame. Un pavé mais une histoire fort intéressante.

Suzanne a dit...

@ Keisha
Hon ce serait une excellente idée en film.

Suzanne a dit...

@ Keisha
Hon ce serait une excellente idée en film.

Kidae a dit...

Et hop sur ma liste à lire pour me faire mon idée ;-).

Suzanne a dit...

@ Kidae

J'espère qu'il te plaira.

Marie-Claude Rioux a dit...

Tu t'en doutes bien, Suzanne, IL ME LE FAUT!!!

Suzanne a dit...

@ Marie-Claude
Oui-oui et RE-OUIIII.
Un grand moment littéraire pour moi et que je te souhaite tout autant.