mercredi 20 avril 2016

Les derniers jours de Rabbit Hayes par Anna McPartlin


Résumé :
Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n'a plus que neuf jours à vivre.
Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa soeur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu'elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l'espoir de la sauver s'amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s'interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant.
Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage.

Mon avis
Et Rabbit raconte l’avant diagnostique, ses souvenirs, son présent. Ses parents, sa fille, ses ami(es) en font autant mais pour eux il y a l’après, ce demain à lequel ils ne veulent trop y penser mais qui leur fait peur. Cette absence, ce vide face au départ de Rabbit et qui sera là, bientôt, très bientôt, dans neuf jours!

Cette histoire est bouleversante, touchante et même choquante car comment rester de marbre face à la mort? Oui j’ai pleuré, oui je me suis mise en colère mais j’ai aussi souris et même ris devant des mots qui m’ont fait réfléchir et me questionner. Par contre, ce roman à l’intrigue tragique est aussi un très bel écrit sur l’espoir, l’amour, l’amitié, l’acceptation, le courage et la solidarité. L’auteure n’use en aucun temps de larmoiements et de pathos excessifs, et j’ai bien apprécié qu’elle nous livre cette histoire sans pudeur, avec simplicité sur ce que Rabbit et son entourage ressentent face à l’inévitable.

Extraits

‘’ Rabbit. Si tu as la moindre chance de survivre, fais-le d’accord? S’il te plait, ne t’en vas pas. C’est égoïste d’accord, mais je suis une emmerdeuse, tu sais bien. […] Je peux me passer de tout le reste, mais pas de toi.’’ (Marjorie)

Mots de Rabbit
‘’ Quoi qu’il arrive, je vais vivre comme si je n’étais pas mourante, parce qu’aujourd’hui, je ne le suis pas. […] ma petite fille a besoin que je veille sur ses devoirs, Aujourd’hui je suis en vie, présente et […] c’est mon boulot d’emplir son monde d’amour, de bonheur, de sécurité.’’   (Rabbit)

J’ai vraiment aimé du début jusqu’à la fin car bien que cette histoire parle de mort, sa teneur déborde d’amour. Tellement bien écrit, de très, très beaux personnages, marquants et inoubliables. Un roman que j’ai eu bien de la difficulté à refermer après la dernière page. Un véritable coup de cœur que cette lecture que je vous recommande fortement.

Les derniers jours de Rabbit Hayes par Anna McPartlin
Le Cherche Midi, 2016


  Merci aux éditions Le Cherche Midi et à Martine Côté et Céline Pelletier de Interforum pour l'envoi.

6 commentaires:

Marie-Claude Rioux a dit...

Très beau billet, Suzanne. Je sais ce que je vais lire très prochainement. Il vient de remonter dans le haut de ma PÀL! Plus que trois romans avant de l'attendre.

keisha a dit...

Je n'ai pas vraiment pleuré, car l'humour (si!) est toujours présent. j'ai beaucoup aimé!

Suzanne a dit...

@ Marie-Claude

Merci à toi pour tes gentils mots. J'avoue que j,ai eu de la misère à ''pondre'' ce billet car j'ai encore le ''motton''. Rabbit, Marjorie, Juliette et les autres me manquent plus que je ne le croyais.

L'or rouge a dit...

ça n'a pas l'air joyeux du tout ce roman, c'est la cas de le dire... Je viens d'en lire un très déprimant aussi (mais excellent) c'est "Appartenir" alors je vais un peu lire des trucs joyeux dans les jours à venir ;0) C'est étonnant parce que la couverture est plutôt joyeuse avec toutes ces fleurs ! Je t'embrasse Suzanne, beau printemps à toi !

Suzanne a dit...

@ L'Or rouge
C'est un fait que ce n'est pas un roman fort gai car d'entrée de jeu nous savons que le personnage principal va mourir. Mais il y a aussi de forts jolis moments à travers le présent et les souvenirs des protagonistes. Je me permets de te conseiller de le lire car, à l'image de la couverture, il y a de belles couleurs autour des personnages malgré tout.

Tu me diras.

Florinette a dit...

Ce que je retiens de ton émouvant billet est que parler de la mort nous amène à profiter de chaque instant qui passe, de l'importance d'aimer la vie et de l'enrichir encore plus en la découvrant jour après jour et non en la traversant tête baissée... Je prends bonne note de ce livre en te souhaitant une belle journée Suzanne. Je t'embrasse