dimanche 28 août 2016

Une brève histoire des Indiens au Canada, Thomas King

Mon avis
C’est mon premier rendez-vous avec les mots de Thomas King et laissez-moi vous dire que ce ne sera pas le dernier. Une plume originale, étonnante, délurée, ironique mais ô combien percutante. Des mots partant du réel et jouant avec l’imaginaire; des mots tantôt durs, même cruels, tantôt hilarants en dépeignant avec sarcasme cette vision bourrée de préjugés de l’homme blanc face à l’indien.

Dès la première nouvelle, le ton est donné racontant l’arrivée de l’autochtone nomade en une image aussi forte qu’une volée d’indiens en pleine migration se fracassant la tête contre des édifices de Toronto. Un attrait touristique fort prisé!!  Puis suit  ''Le bébé par avion'', une autre nouvelle non moins hilarante de ce bébé blanc offert en prix au Bingo hebdomadaire d’une réserve amérindienne.

Extrait
« Le bébé arrive dans une boîte de carton avec une flopée de timbres collés dessus et une étiquette proclamant : « Premières Nations de Rocky Creek .» 
Orena Femme Qui Charge apporte la boîte à la réunion du conseil et la pose au centre de la table.
Bon, dit-elle, une fois que les conseillers de la bande eurent pris place, lequel d’entre vous a commandé le bébé?
….
- Bon, c’est un bébé, d’accord, dit Jimmy Tucker. Mais il a l’air malade.
- Il n’est pas malade, dit Orena, qui s’y connait un peu en bébés.  Il est Blanc.»

Et que dire de celle où il est question d’un collectionneur d’indiens de toutes nations qu’il garde soigneusement dans sa cour arrière jusqu’à ce qu’il découvre qu’une de ''ses'' amérindiennes attend un enfant! Pourtant le contrat de vente stipulait la stérilisation des autochtones mâles et femelles! Fascinante! Et puis cette autre où il est question de chasse aux... vieux!!!

C'est ainsi tout au long de ce recueil. Chacune des nouvelles comporte son lot d’humour parfois noir, grinçant et/ou malicieux mais chacune porte à réflexion sur la  réalité autochtone encore trop cachée.

Bref tout en étant un bonheur de lecture, cet ouvrage est, à sa façon, une tragédie à découvrir, sous le signe de l’humour car; comme le disait le personnage de Figaro dans Le Barbier de Séville :  ''Je me presse de rire de tout avant d'être obligé d'en pleurer. ''  À lire sans hésitation.

Une brève histoire des Indiens au Canada, Thomas King
Boréal 2014



8 commentaires:

Marie-Claude Rioux a dit...

Ah! Que je suis contente de voir Thomas King ici! Après la lecture de "Medicine River", j'ai hâte de retrouver la plume et l'humour (qui met un baume sur la gravité) de Thomas King. Ce recueil passera entre mes mains!

La Fabulogiste a dit...

C'est drôle, je viens de publier un billet qui mentionne Thomas King en passant. C'est vraiment bien que de plus en plus de gens s'intéressent à la réalité autochtone. J'ai lu "Inconvenient Indian", mais aucune de ses fictions. J'ai hâte de voir tes prochaines critiques sur lui, je ne sais pas par où commencer.

Suzanne a dit...

@ Marie-Claude

Je suis tombée en amour avec la plume de monsieur King. Je veux tout lire de lui point à la ligne ;-)

Suzanne a dit...

@ La Fabulogiste

Hon j'aimerais bien lire vos mots mais impossible car je n'ai pas accès à votre site.
En ce qui concerne les autochtones; il y a belle lurette que je m'y intéresse car étant de sang métissé (Malécite/québécoise) ça me tient à coeur ;-)

Grominou a dit...

Merci de me faire découvrir cet auteur, je n'en avais jamais entendu parler!

Suzanne a dit...

@ Grominou

Au plaisir et j'espère que tu aimeras.

Florinette a dit...

Merci pour cette découverte Suzanne, j'en prends note sans hésiter ! Belle journée, je t'embrasse

Suzanne a dit...

@ Florinette

Ah mon amie, prends bien note, tu vas aimé j'en suis certaine. Belle journée.