lundi 22 août 2016

Vi, Kim Thuy


 ''Mon prénom, Bào Vi, illustrait l'intention de mes parents de « protéger la plus petite ». Si l'on traduit littéralement, je suis « Précieuse minuscule microscopique ». Comme dans la plupart des cas au Vietnam, je n'ai pas su être à l'image de mon nom. Souvent, les filles qui s'appellent « Blanche » ou « Neige » ont le teint très foncé, et les garçons nommés « Puissance » ou « Fort » craignent les grandes épreuves. 
Quant à moi, je grandissais sans cesse, dépassant de loin la moyenne et, du même élan, me projetant en dehors des normes.''

Mon avis
Lire Kim Thuy est un réel plaisir. Peu importe le propos, qu’il soit fait de moments tristes, graves ou plus joyeux, ses mots nous entraînent doucement, sans nous heurter, comme ça tout simplement. Et dans Vi, sa plume belle, tout en délicatesse, nous berce à travers l’avant et le présent d’une famille ayant fui le Vietnam pour finalement venir d’établir au Québec.

Au tout début de ma lecture, j’ai ressenti un sentiment de déjà lu comme si j’avais déjà parcouru histoire semblable dans le premier écrit de l’auteure : Ru.  Pareil à ce premier récit, on retrouve dans Vi, le personnage d’une petite fille fuyant un pays en guerre, puis séjour dans un camp de réfugiés,  traversée dans un Boat people et arrivée au Canada. Mais ce sentiment et comparaisons s’arrêtent là finalement car l’histoire est vraiment plus axée sur le personnage de Vi, son apprentissage à travers une nouvelle culture, ses relations avec sa famille, ses ami(e)s, ses collègues, ses amours et au fil de nombreux voyages. Un roman plus personnel d’une jeune dame à la recherche de sa propre identité  à travers des cultures et mondes différents.

Vi est un excellent récit construit avec finesse autour d’un personnage central qui, au fil des pages, nous raconte ses propres attentes face à ses origines et sa nouvelle vie. Un très beau roman dont chaque petit chapitre nous offre son lot d’émotions à travers de durs moments et des instants de mélancolie mais vite effacés par la beauté, la résilience et l’espoir qui se dégagent de l’écriture apaisante et touchante de l’auteure.  Bref; malgré une fin hâtive, Vi est un excellent roman qui se lit fort bien et offre un très agréable moment de lecture.

Vi, Kim Thuy
Libre expression, 2016  
                                  Merci aux Éditions Libre Expression et à Marie-Josée Martel du Groupe Librex

Autre roman de l'auteure sur ce blogue: Ru

2 commentaires:

La Fabulogiste a dit...

Je l'ai entendu à la radio, une madame sympathique qui riait beaucoup!

Suzanne a dit...

@ Le Fabulogiste

Non seulement elle rit mais elle sait fort bien écrire.