jeudi 23 mars 2017

Jurée No 9, Claire Cooke


À peine remise de sa dernière enquête, Emma Clarke est aux prises avec un nouveau meurtre. Carmen Lopez, assistante à la galerie d'art ''On aura tout vu!'', est retrouvée sans vie dans son salon. Très vite, l'affaire tourne au triangle amoureux impliquant un illustre avocat et son épouse. Mais alors que tous les indices mènent vers une seule personne et que le procès se met en branle, les doutes refont surface, pointés par une troublante jurée.

Mon avis
D’emblée, j’avoue que j’avais hâte de retrouver cette enquêtrice dont la première affaire criminelle dans Le Cruciverbiste m’avait fait passer de beaux moments et laissez-moi vous dire que cette deuxième rencontre avec Emma m’a vraiment conquise.
Cette fois Emma Clarke, en vacances à Londres, devra écourter celles-ci et reprendre du service afin de résoudre un meurtre dont la majorité des indices désignent l’épouse d’un avocat célèbre comme suspecte principale. De plus, sous les ordres d’un patron par intérim, Emma va devoir travailler avec un nouvel équipier qui ne lui est pas tout à fait inconnu. Au contact de ce nouveau partenaire, Emma devra non seulement résoudre ce crime mais suivre une thérapie afin de combattre certains démons qui la rongent et vaincre cette tension qu’elle éprouve autant au travail que dans sa vie privée.
Bon ici je vais user de parcimonie et ne pas trop détailler de peur d’en dévoiler à l’excès et de gâcher le plaisir de la découverte.
Cependant je me permets d’ajouter qu’au début l’enquête policière n’a rien d’exceptionnelle mais, de fil en aiguille, elle s’impose de plus en plus et dès les premières scènes du procès, l’intrigue captive jusqu’au point final.

Faut dire qu’avec ce second volet des enquêtes d’Emma Clarke, Claire Cooke confirme son talent d’auteure. Elle a su très bien faire en construisant l’intrigue doucement et en déposant une atmosphère mystérieuse sous les traits de la jurée no 9.  De plus, l’auteure en nous présentant une Emma plus vulnérable et en insérant à ses côtés des personnages aux caractères mensongers, manipulateurs et même, pour certains, très sympathiques, elle ajoute une partie psychologique importante sans pour autant nuire au déroulement de l’histoire. Bien au contraire, j’ai trouvé cette façon de faire pertinente autant pendant le déroulement de l’enquête que durant la tenue du procès.

Bref, Claire Cooke réussit un bel équilibre entre les facettes psychologiques et judiciaires et nous mène avec brio entre les pages d’une histoire pas trop compliquée mais captivante à souhait. Finalement, Jurée no 9 est à lire sans modération et, personnellement, j'attends son prochain roman avec impatience.

Jurée No 9, Claire Cooke
Éditions Goélette, 2017

Autre roman de l'auteure sur ce blogue: 
Le Cruciverbiste

Aucun commentaire: