dimanche 28 avril 2019

Dans la neige, Danya Kukafka

Au milieu de l'hiver glacé du Colorado, ce portrait d'une communauté traumatisée est noir, intense, poignant : une révélation !
Dans cette petite ville du Colorado, on adore ou on déteste Lucinda Hayes, mais elle ne laisse personne indifférent. Surtout pas Cameron, qui passe son temps à l'épier, ni Jade, qui la jalouse terriblement. Encore moins Russ, qui enquête sur sa mort brutale. On vient en effet de retrouver le corps de Lucinda dans la neige. Chacun leur tour, Cameron, Jade et Russ évoquent la jeune fille, leurs rapports, leurs secrets. Vite, ce drame tourne à l'obsession : tous trois savent en effet que la vérité peut les sauver ou les détruire.

Sirop que je n’aime pas ressentir ce genre d’émotions suite à une lecture. Me sentir prise entre l’arbre et l’écorce ne m’enchante guère. En fait, ai-je aimé ou pas ce roman? Au début oui, l’intérêt était là. Cette histoire présentée sous forme de roman choral et relatant le point de vue de trois personnages racontant leur version des faits concernant le meurtre de Lucinda, jeune fille autant détestée qu’adulée par son entourage, s’annonçait comme intéressante. Puis, tout comme eux, du moins je le croyais, je ne désirais que découvrir la vérité sur cet assassinat.

Mais non, au lieu de nous en apprendre d’avantage ou du moins de semer quelques brides ici et là, ajoutant à l’intrigue de quoi nous mettre l’eau à la bouche, l’auteure nous décortique en long et en large les relations des trois principaux personnages. D’abord Cameron, amoureux silencieux de Lucinda qui devenait de plus en plus une obsession pour lui.  Puis Jade, la belle Jade, d’une jalousie maladive envers la victime. Elle ne désirait que sa mort alors pas besoin de comprendre que ce qui est arrivé à sa rivale faisait son bonheur. Puis Russ, le fameux policier qui n’enquête pas ou presque…

Finalement après la moitié du livre, je me suis ennuyée dans trop de longueurs et de passages autour de Cameron, Jade et Russ. Cependant, je reconnais que l’auteure a du talent, que ses descriptions concernant le côté psychologique des personnages sont particulièrement réussies, mais je me répète, trop long et au détriment de l’intrigue. C’est malheureux mais l’espoir de découvrir plus de rebondissements et de suspense est resté vain pour laisser place à l’ennui.

En conclusion, j’attendais peut-être trop de ce roman que l’on présente comme étant une révélation dans le genre, je ne sais pas mais ce dont je suis certaine, c’est que tous romans manquant de rythme m’ennuient et pour moi, il en est ainsi pour celui-ci.

Dans la neige, Danya Kukafka
Sonatine, 2019

2 commentaires:

Alaska a dit...

Moi je n'ai absolument pas compris les billets dithyrambiques que j'ai pu lire sur ce roman ici et là. Ce livre est vraiment très plat. Il ne se passe pas grand chose. Quand on a compris que Jade était jalouse, que Cameron est obsédé et que Russ n'enquête pas (il ne fait que parler de sa femme) eh bien il n'y a pas grand chose à retenir de ce roman... Une grande déception pour moi. Et je ne comprends toujours pas l'engouement!

Suzanne a dit...

@ Alaska

Je t'avoue que je suis dans le même cas que toi. C'est vraiment difficile à comprendre ce ''ravissement'' concernant ce roman. Bon l'écriture n'est pas mauvaise et fluide je l'admets mais s'éterniser là où il ne faut pas (notamment Russ) est vraiment monotone et, personnellement, je ne sais si je relirais cette auteure.