dimanche 8 mars 2020

Les cachettes, Guy Lalancette

La petite Claude Kérouac, onze ans, a disparu, mais il faut 48 heures à ses proches pour s'en apercevoir. Quand la police est enfin appelée, les agents découvrent une famille chaotique et désunie. Chez les Kérouac, la vérité vous file sans cesse entre les doigts. Claude, depuis le lieu où elle s'est cachée, se confie à une psychologue antipathique. Tour à tour candide et trop lucide pour son âge, parfois cruelle, elle livre sa version d'un sombre roman familial.

Au début je ne vous cacherai pas la crainte de m’être embarquée dans un roman racontant une difficile histoire d’enlèvement d’une enfant que l’on retrouvera peut-être jamais. Mais au fil des pages, les événements se sont avérés différents et je me suis laissée emportée par un récit vraiment accrocheur et bouleversant.

L’histoire nous est offerte en alternance entre l’enquête policière et la narration de Claude qui raconte à sa façon ce qui la pousse à se terrer ainsi, se cacher, disparaître comme pour mieux saisir et comprendre cette souffrance et cette solitude qui l’étreignent sans cesse malgré qu’elle soit de famille nombreuse. Si jeune et si prise par ce qu’elle découvre au fil des jours, cet amas de silences, de secrets et aussi de mensonges comme ceux de sa mère qui se cache derrière ceux-ci pour garder ces vérités qui la rongent.

« Les mensonges de maman sont des mensonges pieux. C’est elle qui le dit. Je n’ai pas trouvé l’expression dans le dictionnaire. Pendant qu’elle faisait le lavage qui n’en finissait pas, elle m’a dit qu’il s’agissait de paroles réfléchies, pleines d’une respectueuse affection, pour éviter les peines inutiles à ceux qu’elle chérit. »

Mais Claude, malgré son jeune âge n’est pas dupe et elle est très intelligente peut- être trop par moments car la jeune fille ne va pas tout à fait bien. Elle a de drôles de comportements, certains la menant à commettre des actes condamnables ce qui laisse présager qu’elle est instable psychologiquement; c’est triste et bouleversant.

Bon je pourrais en ajouter encore et encore mais je vais me contenter de vous dire que ce roman est vraiment bien construit. Que l’histoire comporte son lot de questions, d’interprétations, de suppositions face à ce qu’est et vit la jeune Claude. Face à son imaginaire et sa réalité ainsi que face à sa famille dysfonctionnelle et déroutante à souhait. De plus, je ne désire que vous laisser le plaisir d’aller à la rencontre de Claude, très beau personnage que nous offre l’auteur avec sa plume belle, humaine et pleine de sensibilité. À lire; bonne lecture.

 « J’aimerais mieux être aveugle avec une canne blanche comme Monsieur Rhéaume qui marche dans notre rue le matin et le soir. Peut-être qu’il n’est pas aveugle pour vrai et qu’il a trouvé cette idée-là pour se cacher, pour être quelqu’un d’autre. C’est une bonne place pour se cacher d’être dans le noir en plein soleil. » 

Les cachettes : Guy Lalancette
VLB, 2020



4 commentaires:

Karine a dit...

Claude est en effet un personnage fascinant. Je trouve par contre qu'on a un peu mis des mystères pas hyper nécessaires... bref, un auteur que je vais suivre quand même.

Suzanne a dit...

@ Karine
C'est un fait qu'il y a eu un tantinet de choses qui ne semblaient pas trop utiles mais je crois que ces ''mystères'' sont là pour ajouter une certaine atmosphère. Merci de tes mots gentille dame.

Florinette a dit...

Rien que les extraits que tu as choisis montrent déjà que c'est un livre qui interpelle, ça donne envie ! Merci Suzanne pour cette découverte et belle journée, je t'embrasse.

Suzanne a dit...

@ Florinette

Merci de tes toujours gentils coucous mon amie. À bientôt.