samedi 18 août 2018

Les fantômes de Manhattan, R.J. Ellory


À chaque sortie d’un roman de R.J. Ellory, il me tarde de l’avoir en main et nul besoin de vous dire qu’à sa réception, je lâche tout et je pars au fil de l’imaginaire de cet excellent auteur. D’entrée de jeu, je tiens à souligner que Les fantômes de Manhattan est en fait le deuxième roman de l’auteur et est quelque peu différent de ses écrits habituels. Disons que son propos est moins axé sur le genre roman noir mais il comporte néanmoins un très bon suspense sous une trame fort intrigante.

Dès les premières pages, on fait la rencontre d’Annie, libraire de métier, la trentaine, célibataire et solitaire, passant sa vie entre les murs de son commerce et entre les quatre coins de son petit appartement à lire de vieux bouquins. De temps à autre elle y retrouve son bon ami et voisin Jack Sullivan qui lui raconte ses tristes moments d’ex journaliste de guerre.  Une vie calme et assez monotone en fait que celle de notre héroïne jusqu’au jour où un monsieur d’un certain âge fait irruption dans sa librairie lui disant avoir bien connu son père et lui remettant une lettre que celui-ci aurait écrit à sa mère.
Outre cette lettre le vieil homme a apporté avec lui les premiers chapitres d’un manuscrit qu’il aimerait bien faire lire à Annie afin d’en discuter tous les deux lors d’une prochaine visite. Intriguée Annie accepte d’emblée d’autant plus qu’elle aimerait revoir ce monsieur Forrester afin qu’il lui parle plus longuement de son père disparu depuis longtemps.
Déboulent alors des événements qui vont bouleverser le quotidien de la jeune dame.  Non seulement la teneur de ce manuscrit va titiller de plus en plus la curiosité chez la jeune dame mais l’arrivée d’un certain David va lui chambouler et l’esprit et le cœur.

J’ai beaucoup aimé ce roman d’Ellory tout simplement parce que le récit comporte deux récits en une. D’hier à aujourd’hui, ces deux histoires se côtoient entre le présent d’Annie et les passés d’Harry et Johnnie, deux amis et complices dont nous suivons les destins entre les pages de ce fameux manuscrit.

J’ai apprécié cet écrit hors normes de l’auteur et les sentiments et émotions qui s’en dégagent. L’auteur a très bien su déposer une atmosphère mystérieuse sous la forme de secrets retenus, de trahisons et vengeance en y ajoutant habilement les réalités de l'Holocauste, la montée du crime organisé en nous menant dans les bas-fonds d’une Amérique parfois très brutale.  De plus, de très beaux personnages peuplent ce roman mais je retiens surtout celui de Jack Sullivan dont l’amitié et la fidélité n’a pas d’égal même si plusieurs épreuves lui ont gâché la vie.

En conclusion, malgré quelques petits bémols particulièrement ceux où certains détails et passages se devinent facilement,  R.J. Ellory nous offre un roman intéressant et très plaisant à lire et peu importe les petits défauts, ce roman prouve une fois de plus de la justesse de l'écriture de l'auteur et nous démontre également fort bien le grand talent de conteur de Ellory.

Les fantômes de Manhattan, R.J. Ellory
Sonatine, 2018, 457 pages.

Autres romans de l'auteur sur le blogue: Les anges de New-York - Les assassins - Mauvaise étoile - Papillon de nuit - Seul le silence - Un coeur sombre

2 commentaires:

maggie a dit...

J'avais beaucoup aimé les assassins et je suis bien tentée par celui-ci.

Suzanne a dit...

@
Maggie

Il est très bien. Un peu moins noir disons mais il vaut la peine d'être lu. Merci de tes mots et à bientôt.