jeudi 28 janvier 2021

La Belle-mère, Sally Hepworth

Avocate appréciée pour son dévouement, Diana se bat pour améliorer le sort des réfugiés, mais elle se montre froide et distante, sinon blessante, envers les siens. Ce dont souffre Lucy, sa belle-fille, qui rêvait de trouver en elle une mère de substitution. Dix années ont passé, et Diana vient de mourir. Elle se serait suicidée. Mais, à l’autopsie, nulle trace d’un cancer… Qu’est-il donc arrivé à Diana, dont le testament a été modifié peu de temps avant sa mort ? 

 Dès les premières pages, on se rend vite compte que Diana n’a jamais vraiment été proche de sa famille et encore moins de sa belle-fille Lucy. En fait, toute l’attention de Diana était tournée vers les plus démunis et les réfugié.es de sa ville. Sous ses airs de femme forte, solide, empathique envers autrui Diana est plutôt froide, distante et surtout très sévère envers ses propres enfants.
 Au fil des années, Lucy a bien tenté de faire de sa belle-mère une amie mais celle-ci, à force de rejet envers ses proches, n’a réussi qu’à éloigner ceux-ci et les liens familiaux sont devenus de plus en plus tendus.  Voilà de quoi il en retourne selon les dires de Lucy mais dès que celle-ci va apprendre le décès de sa belle-mère qui s’avèrera être en de louches circonstances ainsi que les modifications dans le testament de la défunte, les non-dits et secrets bien gardés de cette famille vont être dévoilés jusqu’au point final. 

Bon ici, trêve de détails afin de ne pas trop dévoiler de l’histoire. Ce serait fâcheux car, bien qu’au début celle-ci semble manquer d’originalité, laissez-moi vous dire de ne pas lâcher votre lecture parce que la suite du récit est fort bien amenée. Sous une narration à deux voix, celles de Diana et Lucy, on va de surprises en surprises au fil des révélations de chacun des personnages autant principaux que secondaires, alternant entre passé et présent, ce qui apporte un développement plus complet sur la suite de l’intrigue. 

 C’est un excellent récit mais ne vous attendez pas à un roman policier à grand déploiement. Non; ce que nous offre Sally Hepworth c’est un thriller psychologique dont l’intrigue, intéressante à souhait, se déroule autour d’une famille avec ses secrets, attentes et tensions parfois très fortes. 
 
Avec La Belle-mère, l’auteure nous offre une histoire dans laquelle on se laisse facilement emporter. Des beaux personnages avec leurs forces et faiblesses, du mystère, du suspens et croyez-moi, on ne s’y ennuie pas du tout. Bref, un très bon moment de lecture! 

La Belle-mère, Sally Hepworth 
L'Archipel, 2020

4 commentaires:

Florinette a dit...

J'aime ces thrillers psychologiques, car, bien souvent, on se laisse tellement prendre par l'histoire que l'on a bien du mal à en suspendre la lecture. Belle journée ma Suzanne, je t'embrasse !

Suzanne a dit...

@ Florinette

Tu devrais l'aimer celui-là ;-)

Florinette a dit...

Un petit coucou en passant pour te souhaiter une belle journée ma Suzanne, je t'embrasse !

Suzanne a dit...

@ Salut ma Florinette. Bises aussi xxx