vendredi 28 novembre 2014

L'anglais n'est pas une langue magique: Jacques Poulin


Résumé 
Francis, le petit frère de l'écrivain Jack Waterman, est " lecteur sur demande ". Un coup de fil et il arrive chez vous dans sa Mini Cooper. Il aime les textes qui parlent des Indiens, de la traite des fourrures, de la place immense que le français a déjà occupée en Amérique. Sa cliente principale est Limoilou, une jeune fille de Québec qui porte encore aux poignets les cicatrices qu'elle avait à la fin de La traduction est une histoire d'amour. Les mots que lit Francis ont parfois des vertus thérapeutiques. Le petit frère serait presque heureux, mais il y a ce rendez-vous manqué avec une mystérieuse femme, et la " Police montée " qui le prend en filature devant les Plaines d'Abraham où la Nouvelle-France est tombée jadis aux mains de l'Angleterre...

Mon avis (Lu il y a un bon bout
Au travers les écrits de Jacques Poulin je me sens bien, je me sens chez nous simplement parce que ceux-ci reflètent immanquablement l’amour des mots. Et j’éprouve un bonheur certain à chaque fois que je pose mes yeux entre les lignes de cet auteur. Parfois le bonheur est plus grand, plus profond, parfois plus petit mais je sais que dès que j’ouvre un roman de ce passionné, que je vais vivre et ressentir un plaisir assuré.
Il en est ainsi pour  L'anglais n'est pas une langue magique peut-être parce que j’y ai retrouvé ces repères qui sont devenus comme un besoin essentiel. Des décors familiers comme Le Vieux Québec, des personnages déjà «entrevus» dont ce bon Jack et le chat, l’ami fidèle, sont là nouveau faisant partie intégrale de cet univers qui m’est cher.  Puis il y a Francis, le petit frère vivant dans l’ombre de Jack mais tout aussi amoureux de cette langue belle, qui offre ses services comme lecteur «privé» qui adore les mots mais surtout ceux de l’histoire, de ceux qui racontent aussi la vie de ces premières nations qui étaient là avant que ce «pays» devienne Nouvelle France. Puis il y a Limoilou, la très sensible jeune fille que la présence de Francis aidera.
Un autre bon roman de Poulin et bien que mes préférences vont à Mon Cheval pour un royaume et La Tournée d’automne, ce tout dernier «bébé» a réussi à m’émouvoir, me faire sourire, m’entourer de tendresse comme seul un amoureux sait faire et Poulin sait bien faire, je vous l’assure. À votre tour, laisse-vous charmer.

L'Anglais n'est pas une langue magique de Jacques Poulin 
Leméac /Actes Sud , 2009

Aucun commentaire: