samedi 27 décembre 2014

Oblomov de Ivan Gontcharov

Résumé
Tolstoï adorait le roman de Gontacharov, Oblomov. Il trouvait que l'auteur avait su créer par le biais de son personnage un type de caractère nouveau. Ainsi Oblomov entra dans l'histoire de la littérature et de la vie courante au même titre qu'un Tartuffe ou qu'une Madame Bovary. Oblomov est un propriétaire terrien vivant à Saint-Pétersbourg à qui rien n'arrive tant notre héros est mou, flemmard à un point jamais atteint, pathologiquement paresseux. Rien n'arrive jamais, ou presque. Une chance inespérée se présente un jour dans la vie d'Oblomov. La belle Olga, introduite par l'ami d'enfance d'Oblomov, Stolz, se laisse a priori séduire par le riche propriétaire terrien. Mais notre héros arrivera-t-il à partir vers la conquête amoureuse ou restera-t-il terré dans son vice, l'apathie ?

Mon avis (Lu il y a longtemps)
Oblomov, aristocrate russe bien nanti, propriétaire de plusieurs terres et un noble dans la plus pure tradition qui a un plusieurs défauts dont celui qui ressort tout au long de ce fabuleux roman : la paresse.
Cette histoire racontant la vie d’un être d’une lâcheté pathologique est triste, drôle, mais surtout porte à réflexion. Cet être qui n’a aucune ambition que celle de se laisser faire a heurté souvent mon incompréhension devant cet état mais aussi j’avoue que par moment, je l’ai envié de se laisser aller simplement au fil du temps.
Paresseux il l’est et ce dans tous les sens du mot.  Incapable ni de décision, ni de bien gérer ses avoirs, il se plait à rester le plus longtemps possible allonger sur son lit ou assis à siroter breuvages sur breuvages. Un homme d’une oisiveté sans borne même que c’en est pathétique. Car il fait pitié le bougre ! Même pour l’amour, pour le bonheur qui frappe à sa porte, il ne sait comment réagir, comment faire, comment le vivre car il n’a jamais trouvé autre chose à faire que ….rien. Mais jusqu’òu peut aller un être d’une telle paresse ? Que peut-il gagner d’être constamment inactif ? Lui qui a tout ou presque, que peut-il perdre ?

Un excellent roman, une écriture belle, puissante et fine à la fois qui m’a fait autant réfléchir que rire. Un roman  dans lequel on apprend aussi sur la culture russe du temps des tsars. Une culture jouant entre la richesse incommensurable de certains et la pauvreté extrême des paysans moscovites.
Un auteur que je ne connaissais pas, une plume, riche et simple allant du très détaillé au plus court mais sans jamais m’avoir fait perdre l’intérêt.  Roman à découvrir absolument.

Oblomov  de Ivan Gontcharov
L'Age d'Homme, 1990

Aucun commentaire: