jeudi 8 janvier 2015

Wildwood de Johanne Seymour

Résumé
1968…
Michelle a seize ans et n'a qu'une idée en tête : quitter l'adolescence qui lui pourrit la vie. Elle rêve de connaître l'amour dans les bras d'un lifeguard lors des vacances familiales à Wildwood. Mais le monde autour d'elle est en révolution. Et cet été sur la plage, en compagnie de ses amis américains, elle connaîtra l'amour en même temps que les ravages de la guerre du Vietnam.
La découverte du cadavre d'une femme sous la promenade qui longe la mer lui fera comprendre que la violence a des ramifications profondes. Que l'amour n'a rien à voir avec les films à l'eau de rose dont elle s'abreuve. Car il y a l'amour des hommes et la violence des hommes. Et, surtout, il y a les hommes victimes d'une violence qu'ils s'imposent au nom de la liberté, de la justice et de l'équilibre économique.  Cet été de 1968, ce n'est pas son adolescence que Michelle va laisser derrière elle, c'est son innocence.

Mon avis
J’aime lire Johanne Seymour. Je trouve qu’elle écrit bien et ses intrigues, particulièrement dans sa série des enquêtes de Kate McDougall, sont très intéressantes et addictives à la fois mais j’avoue que lorsque j’ai lu que dans son dernier roman l’auteure délaissait le chemin habituel de ses écrits j’ai hésité avant de le lire. N’étant pas amateure de roman d’amourette entre adolescents, ce Wilwood ne m’attirait pas vraiment mais ça me titillait quand même surtout après avoir consulté quelques billets de lectrices blogueuses, billets tous positifs. Alors je me suis lancée et je dois admettre que je ressors satisfaite et ravie d’avoir passé un bon moment de lecture. Car, oui, c’est un plaisir de lecture ce Wildwood.

Bien sûr il y a une histoire d’amour mais pas que. C’est aussi une histoire dans laquelle une adolescente va apprendre que la vie n’est pas faite que de désinvoltures et de beaux jeunes hommes mais qu’elle apporte aussi son lot de déceptions, de peines de petites et grandes épreuves par lesquelles souvent on ressort grandi. Et Michelle, de l’adolescence passera à l’âge adulte.

Oui j’ai aimé ce que j’ai lu, j’ai aimé me laisser raconter par cette jeune Michelle  son séjour vacancier en ces années soixante sous toile de fond d’une guerre du Viêt-Nam non désirée par nombre d’américains et qui a laissée derrière elle que morts et terribles souvenirs.  J’ai aimé également que dame Seymour laisse planer une intrigue policière dans laquelle Michelle se retrouve malgré elle témoin. Bref, un bon roman d’apprentissage, une histoire d’amour, un rêve américain brisé par la guerre, un roman de souvenirs dans lequel je ne me suis aucunement ennuyée. Bien écrit avec simplicité et tendresse à la fois. Vraiment, un beau moment de lecture.

Wildwood de Johanne Seymour
 Libre Expression, 2014.  

Lu de l’auteure : Le cri du cerf

2 commentaires:

Marguerite a dit...

Je ne connais pas Johanne Seymour mais j'avais repéré ce titre sur un blog, je ne sais plus lequel. Tu m'as convaincue, j'ai bien envie de le lire! Ça semble être un mélange des genres intéressant.

Suzanne a dit...

@ Marguerite
Une auteure que j'aime bien. Si tu aimes le policier, sa série Kate McDougall est bien et ce roman-ci vaut la peine d'être lu.