mardi 17 février 2015

Seul le silence de Roger J. Ellory

Résumé
Joseph Vaughan, écrivain à succès, tient en joue un tueur en série, dans l’ombre duquel il vit depuis bientôt trente ans. Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps horriblement mutilé d’une fillette assassinée.  […] Des années plus tard, […] Lorsqu’il comprend que le tueur est toujours à l’œuvre, il n’a d’autre solution pour échapper à ses démons, alors que les cadavres d’enfants se multiplient, que de reprendre une enquête qui le hante afin de démasquer le vrai coupable, dont l’identité ne sera révélée que dans les toutes dernières pages.

Mon avis (Lu il y a un bon bout)
Avant tout, ne vous fiez aucunement au résumé qui présente ce roman comme une histoire axée sur des meurtres d’un tueur en série mais cette histoire est beaucoup plus qu’un simple thriller, c’est un roman digne de figurer dans la liste des coups de cœur de plusieurs lecteurs/lectrices et en ce qui me concerne c’est déjà fait.
Oui les meurtres de fillettes par un tueur en série est la base de cette histoire mais sans pour autant n’être que ça car tout au long du roman nous parcourons une longue route au côté du héros principal Joseph.

Ce petit bonhomme n’a que douze ans lorsque qu’une première fillette est assassinée. Une compagne de classe, une amie et ce meurtre le marquera tout autant que la mort de son père quelques mois plus tôt.  Puis un deuxième meurtre d’une autre petite âme de son village et Joseph voudra devenir un ange gardien afin de protéger à jamais les fillettes de sa région.  Mais rien n’empêchera le meurtrier de sévir et notre héros en sera très affecté.
Au fil des ans, il tentera d’oublier et d’exorciser ce qu’il ressent en écrivant l’histoire de ces meurtres comme il croit qu’ils se sont produits ; comme pour trouver le coupable et aussi le pardon de ne pas avoir réussi à être un bon protecteur.

Un magnifique roman autant sur les regrets que sur les émotions d’un écrivain vivant et le réel et son propre imaginaire. Des mots écrits avec raffinement, un style inouï et fort par lequel j’ai été transportée aux côtés de Joseph tout au long de l’histoire , ressentant  autant que lui, pleurant et riant aux mêmes endroits, surprise par les mêmes aventures, injustices et intolérances. Un roman riche, d’une rare efficacité dont je vais me souvenir longtemps.

Seul le silence de Roger J. Ellory
Sonatine, 2008

5 commentaires:

line a dit...

une lecture que j'avais bien aimée aussi.

Lor rouge a dit...

Oh la la, il est sur ma PAL et tu me donnes très envie de le lire tout de suite... Beaucoup disent aussi que c'est un roman inoubliable, bien plus qu'un polar !

Lor rouge a dit...

J'ai oublié de t'envoyer de gros bisous ;0)

Suzanne a dit...

@ Line

Difficile, je cr0is, de ne pas aimer ;-)

Suzanne a dit...

@ L'or

Il est excellent et ce, dès les premiers mots. Sincèrement, je crois qu'il te plaira.

De gros, gros câlins.