jeudi 18 février 2016

Les Anges de New York de Roger Jon Ellory

Présentation
Frank Parish, inspecteur au NYPD, a des difficultés relationnelles. Avec sa femme, avec sa fille, avec sa hiérarchie. C’est un homme perdu, qui n’a jamais vraiment résolu ses problèmes avec son père, mort assassiné en 1992 après avoir été une figure légendaire des Anges de New York, ces flics d’élite qui, dans les années quatre-vingt, ont nettoyé Manhattan de la pègre et des gangs. Alors qu’il vient de perdre son partenaire et qu’il est l’objet d’une enquête des affaires internes, Frank s’obstine, au prix de sa carrière et de son équilibre mental, à creuser une affaire apparemment banale, la mort d’une adolescente. Persuadé que celle-ci a été la victime d’un tueur en série qui sévit dans l’ombre depuis longtemps, il essaie obstinément de trouver un lien entre plusieurs meurtres irrésolus. Mais, ayant perdu la confiance de tous, son entêtement ne fait qu’ajouter à un passif déjà lourd. Contraint de consulter une psychothérapeute, Frank va lui livrer l’histoire de son père et des Anges de New York, une histoire bien différente de la légende communément admise. Mais il y a des secrets qui, pour le bien de tous, gagneraient à rester enterrés. (…)

Mon avis (Lu il y a un bout)
D’entrée de jeu je ne vous cacherai pas que j’ai préféré, et de beaucoup, Seul le silence et Les Anonymes à ce dernier roman de Ellory et je crois être une des rares mais que voulez vous; je n’ai pas vraiment accroché. Par contre, je ne dénigre aucunement ce roman car il me faut admettre que l’intrigue est fort bien menée même si certains détails et faits concernant les enlèvements et meurtres sont quasi insoutenables. Ellory a du talent c’est indéniable mais ce coup-ci son personnage principal m’a tellement énervée que j’ai eu du mal à poursuivre la suite de l’histoire.

Pourtant j’en ai lu de ces polars dans lesquels  les enquêtes étaient mené par de drôles d’inspecteurs au caractère marginal et assez spéciaux mais là, je crois que l’auteur y est allé un peu fort. Oui des inspecteurs ayant des problèmes familiaux, sociaux et se disant meilleurs que bien de leurs collègues j’en ai lu plus souvent qu’autrement mais là ce Frank Parrish  avec ses malheurs, ses souvenirs du paternel qui le hantent, qui jure à chaque deux phrases comme un criminel de la pire espèce et  qui boit plus que d’ordinaire au rythme de deux bouteilles par jour, non trop, c’est trop! À mes yeux, ce Parrish n’avait aucune crédibilité car expliquez-moi comment un inspecteur, digne de ce nom, peut garder les idées claires et mener une enquête  sérieuse sur des crimes aussi graves avec  l’esprit autant imbibé d’alcool? Je n’y ai pas cru du tout!

Enfin mon ressenti face à cette lecture est que certains faits et caractéristiques sont chaotiques et laissent à désirer ce qui a nuit grandement au plaisir que j’espérais à lire ce nouveau Ellory.  Cependant, je souhaite que ce ne soit que partie remise car, selon moi, ce n’est qu’une erreur de parcours et je serai au rendez-vous lors d'une  prochaine parution de Roger J. Ellory.

Les Anges de New York de Roger Jon Ellory
Sonatine, 2012

Autres romans de l'auteur sur ce blogueLes assassins Mauvaise étoile - Papillon de nuit - Seul le silence

6 commentaires:

Gabriel a dit...

J'ai bien envie de le lire celui-là!

Suzanne a dit...

@ Gabriel

Tu devrais aimé. Bonne future lecture.

Kidae a dit...

Un auteur que je souhaite découvrir depuis un moment. Je le note pour une découverte en 2016. Lequel me conseilles-tu ?

Gabriel a dit...

Merci Suzanne. Bon dimanche!

Suzanne a dit...

@ Gabriel

Merci gentil monsieur.

Suzanne a dit...

@ Kidae

Sans contredits Seul le silence et Papillon de nuit.