dimanche 6 novembre 2016

Frères d’infortune, Red Light t.2: Marie-Ève Bourassa


Résumé
Près de deux ans après les événements d'Adieu, Mignonne, Eugène Duchamp dépoussière à nouveau son costume de détective privé. Cette fois, il part à la recherche d'une adolescente de bonne famille, disparue alors qu'elle était venue faire la noce dans les quartiers chauds de Montréal. Des tripots du Red Light aux clubs noirs de la Petite-Bourgogne, Duchamp suit la piste d'un dangereux proxénète, accompagné bien malgré lui dans son enquête par la sœur de la disparue, une séduisante pimbêche. Pour ne rien arranger, un ancien collègue policier qu'il avait contribué à faire mettre derrière les barreaux vient d'être libéré.
Le deuxième tome de la trilogie Red Light ouvre grand les portes du Montréal interlope des Années folles, où les marchands de vices, divisés en deux clans puissants, se livrent une guerre de territoire sans merci.

Mon avis
Ah Eugène, sacré Eugène qui s’était pourtant dit qu’il resterait peinard, suite aux événements malheureux que son amie de cœur et lui venaient de vivre. (voir ''Adieu Mignonne'' t1) Mais lorsque le médecin d’un ami demande de retrouver sa nièce disparue, il va revêtir à nouveau son habit de détective ex-policier afin de retrouver cette jeune fille qu’il soupçonne déjà d’être entre les mains d’un proxénète véreux. On retrouve donc notre héros dans le quartier du Red Light montréalais en plein centre du monde interlope entre prostitutions, toxicomanie, maisons de jeux, débits d'alcool clandestins majoritairement tenus par des gangs juifs et italiens. Un monde sans merci où le pouvoir de l’argent corrompt et mène tous et chacun, les élites policières et municipales comprises.
Et voilà que ce bon vieux Duchamp va devoir livrer bataille à des hommes de pègres prêts à tout pour que personne viennent jouer dans leurs affaires encore moins un ancien flic, alcoolique et toxicomane qui se prend pour un grand détective.

Ce deuxième volet des ''aventures'' d’Eugène Duchamp apporte son lot d’ennuis à notre héros et cette fois, celui-ci va devoir faire face à un monde impitoyable et encore plus sombre que ce qu’il a connu auparavant.

J’ai vraiment embarqué dans Frères d’infortune même plus que dans le premier tome qui m’a pourtant bien plu. Je ne sais pas mais peut-être que cette nouvelle ''enquête'' est venue me chercher encore plus parce que, dans l’adversité et les malheurs auxquels notre héros doit faire face,  ressort son côté humain malgré ses airs d’homme froid et bourru. Puis j’aime bien l’écriture de Marie-Ève Bourassa qui sait, une fois de plus, très bien tisser la toile de son histoire ce qui offre un excellent suspense jusqu’au dénouement final. De quoi me plaire vraiment et il me tarde déjà de lire le troisième opus.

Frères d’infortune, Red Light tome 2
Marie-Ève Bourassa 
VLB éditeur, 2016

Merci aux Éditions VLB et à Marie-Josée Martel du Groupe Librex.


Cabaret Paradise, 
quartier Red Light montréalais dans les années vingt.
Source:Wikipedia.org

De la même auteure sur ce blogue: 
Adieu Mignonne, série Red Light t1

Aucun commentaire: