dimanche 12 février 2017

Jeux de miroirs, E. O. Chirovici


Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé "Jeux de miroirs" qui l'intrigue immédiatement. En effet, l'un des personnages n'est autre que le professeur Wieder, ponte de la psychologie cognitive, brutalement assassiné à la fin des années quatre-vingt et dont le meurtre ne fut jamais élucidé. Se pourrait-il que ce roman contienne des révélations sur cette affaire qui avait tenu en haleine les États-Unis ?  Persuadé d'avoir entre les mains un futur best-seller qui dévoilera enfin la clef de l'intrigue, l'agent tente d'en savoir plus. Mais l'auteur du manuscrit est décédé et le texte inachevé. Qu'à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d'investigation pour écrire la suite du livre. Mais, de souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d'un maelström de fausses pistes. Et si la vérité n'était qu'une histoire parmi d'autres ?

Mon avis
Que voilà un résumé qui m’a mise l’eau à la bouche et dès réception de ce roman,  j’ai décidé de le lire sans qu’il n’ait à passer par ma pile à lire.

Dès le début j’ai été immédiatement prise par la teneur de ce fameux manuscrit reçu par l’agent littéraire Peter Katz et j’ai tourné les pages avec avidité.  Cependant, passé environ le tiers de l’ouvrage, ma fébrilité a commencé à décliner.  Habituellement j’aime bien ce genre d’histoire à plusieurs narrateurs mais dans Jeux de miroirs, j’ai trouvé qu’il y avait trop de ressemblances entre les points de vue de chacun. Pas assez de personnalité propre à chacun en fait et cette façon de faire n’a apporté rien de nouveau au déroulement de l’intrigue et c’est décevant.

Pourtant, la base même de cette histoire semblait prometteuse avec ce fait divers, l’assassinat d’un éminent psychologue dont les travaux sur la manipulation de la mémoire en intéressaient plus d’un, sujet très peu exploité malheureusement ce qui, selon moi, aurait ajouté au suspens. Mais attention, Jeux de miroirs a aussi ses côtés positifs et n’est pas pour autant dénué d’intérêt. Ce roman se lit facilement et contient des rebondissements qui titillent la curiosité.

Finalement, j'ai peut-être eu trop d'attentes envers ce livre qu'on annonçait comme ''le roman événement'' mais malgré tout, malgré quelques déceptions, ce thriller m'a fait passer un agréable moment de lecture.

Jeux de miroirs, E.O. Chirovici
Les Escales, 2017
Merci aux éditions Les Escales et à Interforum Canada

4 commentaires:

Marie-Claude a dit...

De toute évidence, "le roman événement" n'en sera pas un!
L'intrigue semblait intéressante, mais de lire ici et là les différents avis, les déceptions fusent.
Je passe mon tour avec un immense plaisir!

Suzanne a dit...

@ Marie-Claude

Bah, tu as tellement d'autres lectures qui t'attendent que d'en laisser une de côté, ne devrait pas t'empêcher de dormir ;-)

Marion a dit...

J'ai lu ton billet en diagonale (tu sera d'ailleurs tenue responsable si je me retrouve avec un « strabisme oblique » pour le reste de ma vie ! ;-) ), car je dois lire ce livre sous peu. Du coup, j'hésite quand même un peu...

Suzanne a dit...

@ Marion
Désolée pour ce peut-être « strabisme oblique » ;-)
Ce n'est pas une mauvaise lecture mon amie, tu peux t'y mettre sans crainte mais ne te fais pas trop d'attentes.