jeudi 18 décembre 2014

Survivre! Survivre! De Michel Tremblay


Résumé :
Dans cette éblouissante chronique de septembre 1935, le « monde » de Michel Tremblay vit des heures émouvantes, encore et encore et encore. Heures glorieuses et tragiques avec Ti-Lou et Édouard en duchesse, un duo coloré dont
les échanges pétillants cachent des douleurs indissolubles, même sous le parfum du gardénia. Heures crépusculaires et sombres avec Victoire et Télesphore au fond de la ruelle des Fortifications, entre Josaphat et Laura Cadieux, sa fille infortunée qui veut à tout prix retrouver sa mère, Imelda Beausoleil. Cette chronique de résiliences, si elle ouvre les tiroirs des vies difficiles et désenchantées du monde
ordinaire, fait voir aussi des existences qui s'accommodent du bonheur qui passe, toujours trop vite et presque trop tard […]

Mon avis
Je vous avoue que j’ai refermé la dernière page de cet autre volet  de la Diaspora des Desrosiers avec regret. Même que les personnages de Tremblay me manquent déjà beaucoup. Édouard, Ti-Lou, Victoire, Tititte, Josaphat et même l’ivrogne Télesphore m’ont fait passer une fois de plus un très, très beau moment. Difficile de me défaire de cette lecture qui m’a fait perdre la notion du temps tellement ces instants à travers ces existences qui prennent leurs petits bonheurs là où ils passent (quand ils passent), m’ont émue.

Car, dans Survivre! Survivre! l’auteur nous transporte entre les souffrances, la mélancolie, l’ennui sans pour autant nous écraser sous l’éternel malheur mais en y ajoutant aussi des parcelles d’humour et de douceur parce que Tremblay les aime ses personnages et pas question de nous les décrire toujours sous de mauvais jours mais aussi, avec tendresse, leurs beaux côtés, leur courage et leur volonté de fer à ne jamais abandonner afin de se sortir de leurs petites et grandes misères.

Et il a le tour de nous fasciner et de retenir notre attention ce magicien des mots. À travers les tranches de vie de Victoire, Maria, Edouard et autres beaux personnages connus, croisés et aimés au fil des sept autres tomes de cette Diaspora, on suit, avec fascination, leurs pas vers cette recherche du bonheur.
De vrais beaux moments à découvrir que ce huitième volet. Un pur délice littéraire.

Un tout petit extrait
Josaphat à sa fille Laura : La musique, c’est pas ma consolation, c’est ma survie. Une consolation ça sert à continuer à endurer. La survie, le mot le dit, ça empêche de mourir. Page 37

Survivre! Survivre! De Michel Tremblay  
Leméac/Actes Sud, 2014, 247 pages

Lu dans le cadre du défi  Québec-Ô-Trésors
                                                                    
Lus du même auteur: Chroniques du Plateau Mont-Royal - Les Cahiers de Céline (Trilogie) - Récits autobiographiques12 coups de théâtre - Bonbons assortis - Les vues animées - Un ange cornu avec des ailes de tôle - Série La Diaspora des Desrosiers: La Traversée du continent T1La Traversée de la ville T2La Traversée des sentiments T3 - Le Passage obligé T4 - La Grande mêlée T5 - Au hasard la chance T6 - Les clefs du Paradise T7

6 commentaires:

Topinambulle a dit...

J'aime beaucoup l'extrait que tu as choisi. Tu sembles avoir passé un très bon moment. Je le note, mais je veux relire les trois traversées avant ;)

Suzanne a dit...

Les Trois traversées et les autres aussi (si tu peux) C'est un petit bijou de série, crois-moi ;-)

Grominou a dit...

Un roman qui semble faire le lien avec d'autres: Laura Cadieux, etc!

Suzanne a dit...

Absolument Grominou. Apparaît Laura dans sa jeunesse. Puis, le lien avec les Chroniques du Plateau s'installe petit à petit. Je soupçonne que dans le le neuvième (qui sera le dernier volet de la série selon l'auteur) tous les liens seront mis en place. En tout cas Survivre! Survivre! est vraiment à lire.

Karine:) a dit...

J'aime les liens que Tremblay fait dans toute son oeuvre. Je n'ai pas commencé cette série... il faut, il faut, il faut!

Suzanne a dit...

Oui! Oui! Oui! Il le faut dame Karine et crois-moi, de forts beaux moments t'attendent.