jeudi 4 juin 2015

Ce qu’il reste de moi de Monique Proulx

Résumé
Qu’ont en commun l’hassid de la rue Durocher se pressant vers la synagogue, l’artiste qui donne une performance dans son atelier du quartier des spectacles et la foule au centre Bell galvanisée par un but des Canadiens ? Ils ont Montréal. Ils ont la ferveur, l’appel au dépassement, la quête de transcendance enfouie dans le sol montréalais. Selon Monique Proulx, un gisement mystique se cache sous les pieds des Montréalais, les contaminant et les embrasant, et c’est là leur plus grande richesse – bien davantage que le gaz de schiste.
[…]À travers cette fascinante galerie de personnages, qui rassemble également pionniers, évêques, commerçants, artistes, gens venus de tous les horizons, la romancière fait résonner la cacophonie de la grande ville sous laquelle bat encore le cœur brûlant de Jeanne Mance. […]

Abandon de lecture 
Hon sirop j’avoue que j’ai hésité avant de finalement laisser tomber cette lecture. Pourtant j’ai essayé ayant lu plus de 150 pages mais ce fut ma limite. J’en attendais peut-être trop de ce dernier roman de dame Proulx car mes lectures antérieures de l’auteure m’avaient vraiment plu. Mais là non, je ne suis vraiment jamais arrivée à entrer dans l’histoire après plus de cent pages au point tel que je ne me souviens. Enfin, c’est dommage mais il est possible que ce n’était pas pour moi cette lecture.

Ce qu’il reste de moi de Monique Proulx
Boréal, 2015

Autres oeuvres de l'auteure sur ce blogue:
Champagne
Le coeur est un muscle involontaire
Le sexe des étoiles

6 commentaires:

Marie-Claude Rioux a dit...

Les trop grandes attentes souvent déçoivent... Je ne t'apprends rien!
Tu peux te consoler! Je viens d'abandonner huit romans d'affilié. Je ne trouve pas chaussure
mon pied. Du coup, ma PAL diminue! Je vais devoir aller du côté des valeurs sûres.

Claude Lamarche a dit...

Ah! oui? Je le regarde depuis un bout, moi aussi.
Mais encore, pourquoi? Style trop littéraire? Le sujet? Trop de Montréal? Pas assez d'identification, pas assez d'émotions?

Suzanne a dit...

@ Marie-Claude

Huit romans d'affilié!!! Sirop de sirop il est temps qu'il t'arrive une lecture dans tes cordes Mais comme tu dis, une valeur sûre devrait effacer tes dernières déceptions. je te le souhaite.

Bon vendredi.

Suzanne a dit...

Hey hey bonjour Claude. Contente de te lire.

Pour répondre à tes interrogations, ce n,est pas le style qui dérange car on retrouve la ''touche'' de dame Proulx mais j'ai laissé cette lecture parce que je n'arrivais pas à saisir l'histoire. Du moins ce que j'en ai lu. Pourtant il débute bien ce récit mais au fil des lignes je me suis perdue et je n'arrivais tout simplement pas à entrer ''dedans''.
Gabrielle, sa mère, les retours en arrière, le juif hassidique qui aurait un lien avec la mère et qui laisserait de côté ses croyances,. Et des rencontres bizarres qui arrivent comme ça sans savoir pourquoi....
Il m'est difficile de t'en dire plus et peut-être qu'à la longue l'histoire prend corps mais bon, je n'ai pas eu la patience de poursuivre.

Passes une belle journée.

Le fil rouge a dit...

Chez le fil rouge aussi, nous n'avons pas été convaincu!
http://chezlefilrouge.co/2015/06/01/ce-quil-reste-de-moi-de-monique-proulx-critique-de-la-lecture-de-mai-du-defi-litteraire/

Suzanne a dit...

@ Le fil rouge

Bonjour ''Le Fil rouge'' bienvenue dans mon humble petit coin.

Pour le dernier de dame Proulx; c'est navrant mais bon.
Je file chez vous lire vos mots.

À bientôt.