dimanche 16 août 2015

Vandal Love ou perdus en Amérique : D.E Béchard


Mon avis (Lu il y a un bout)
Un très bon roman mais j’avoue que j’ai dû persévérer sur plus d’une cinquantaine de pages car j’aurais abandonné. Mais j’ai tenu bon et je ne regrette aucunement cette première rencontre avec un auteur de talent.

La première partie de ce livre nous présente l’univers du géant, par l’entremise de Jude, un être bourru, renfrogné, brutal qui cherche sa propre identité, à savoir qui il est vraiment et ce par tous les moyens Mais ce géant aussi dur, fort et batailleur a aussi le cœur tendre surtout lorsqu’il est question de sa jumelle la ''petite Isa-Marie''. Deux êtres différents mais si semblables dans leurs rêves et désirs.
Une première partie qui m’a essoufflée quelque peu. Beaucoup de retours en arrière et ce fait de toujours croire qu’ailleurs c’est plus beau serait la solution à tous les maux bien j’avoue que ça m’a agressée quelque peu.

Par contre dès que j'ai traversé ces côtés énervant, je me suis mise à aimer Jude à travers sa naïveté et à la deuxième partie du livre, je suis entrée dans l’histoire plus aisément.
Le côté «nain» du roman m’a attendrie et m’a permis de lire et de voir sous un autre regard l’histoire de ces êtres qui se ressemblent et se rejoignent finalement. Au bout du compte,  d’une partie à l’autre la quête est la même. Et Vandal Love c’est ça : ce désir identitaire; passant de la force à la fragilité, celui de se redécouvrir à travers soi et même à travers l’autre.

Cette histoire s’échelonnant sur cinquante années entre la Gaspésie et les États-Unis, raconte la fuite,  l’errance, le désir de liberté et même si je me suis perdue à travers certains passages ; il me faut admettre que cet auteur a une sacrée plume; une écriture imagée, musicale, poétique et c’est pour ces raisons que je veux découvrir autres de ses écrits.

Vandal Love ou perdus en Amérique : D.Y. Béchard 
Québec Amérique, 2008

10 commentaires:

Marie-Claude Rioux a dit...

Je suis contente que tu en parles! J'ai mis la main dessus récemment, à 2$, en parfaite état!
Des nains, des géants, entre la Gaspésie et les États-Unis... J'ai hâte de voir si je vais suivre le fil...

Oh! Je vois que tu lis "L'homme de la montagne". J'espère que tu aimerais autant que j'ai aimé!

Suzanne a dit...

@ Marie-Claude
Tu devrais aimé Vandal Love bien que l'histoire semble ambiguë par moments. Jusqu'à présent j'aime vraiment ma lecture actuelle et je devrais venir en jaser très bientôt.

Gabriel a dit...

Je n'ai jamais lu cet auteur mais j'avais noté de lui Remèdes pour la faim. Il me tentait un peu plus que Vandal Love. Tu l'as lu?

Suzanne a dit...

@ Gabriel

Non mais un jour éventuellement.

Anne Sophie a dit...

Jamais lu, auteur totalement inconnu pour moi, titre également...
Ok, je sors !

Suzanne a dit...

@ Anne Sophie

C'est un auteur francocanadien/américain peu connu encore et il écrit très bien.

Jules a dit...

Une lecture pas du tout agréable pour moi! Ouf...

Suzanne a dit...

@ Jules

Hon désolée mais pourquoi si ce n'est pas trop indiscret?

Karine:) a dit...

J'avais aussi eu du mal au début. Puis, j'avais réussi à apprécier. J'ai une image de chaussures en tête, et je me souviens que ça parlait tout le temps de sueur. Je sais, j'ai un cerveau bizarre.

Suzanne a dit...

@ Karine:)
C'est un fait que c'est une lecture disons surprenante dans certains passages. Et, sans pour autant être une lecture inoubliable, c'est un roman qui a ses qualités.
Merci de tes mots dame Karine :)